Que penser des minute clinics présentes dans les drugstores ou les supermarchés

C’est un marché nouveau et en pleine expansion : que penser de ces minute clinics qui fleurissent un peu partout. Elles sont présentes dans les drugstores : sorte de cabinet médical en accés libre …
Un petit bobo, une fièvre du samedi après-midi ; elles sont ouvertes tout le temps et vous prennent sans rendez-vous (enfin presque). Mais attention, que doit on en penser ?
Où ?
Vous les trouverez essentiellement dans les chaînes de drugstore : CVS, Wallgreen. Elles commencent à apparaître dans les super marchés : Target et Wallmart.
CVS en compte 800 et pense en ouvrir 150 cette année. En tout dans le pays, 1600 sont dénombrées et réparties sur le territoire. D’ici à 3 ans, leur nombre devrait doubler.
Les avantages
Elles sont ouvertures 7 jours sur 7, sur des plages horaires étendues jusqu’à 7h30 par exemple en semaine. Cela dépend en fait des endroits.
Les prix sont affichés et semblent compétitifs : de l’ordre à 30 à 40% moins cher que dans un cabinet médical. Il y a donc une certaine transparence dans la pratique, car vous savez ce que vous allez payer ou ce que l’assurance va payer.
La marche à suivre
Il n’y a pas de rendez-vous à prendre. Il faut juste s’inscrire à une borne automatique et attendre son tour. Parfois, il peut y avoir beaucoup de monde qui attend. Si il y a trop de monde juste avant la fermeture, votre inscription peut vous être refusée.
Les médicaments prescrits peuvent être retirés immédiatement au comptoir du drugstore.
Vous pouvez aussi demander à transférer vos prescriptions dans votre pharmacie habituelle si celle-ci n’est pas celle du lieu de la Minute Clinic.
Les services
Cela s’adresse à tous, au dessus de 18 mois.
Pour les patients ayant une température supérieure à 104°F soit 40°C, il leur sera demandé d’aller directement ailleurs dans des services médicaux. De même en cas de blessures sérieuses impliquant des endroits sensibles comme les yeux et le visage, les morsures d’animaux, il vous sera demandé d’aller dans des services plus spécialisés.
Les principales prises en charge sont :
  • Les petites maladies bénignes peuvent être prises en charge : symptômes d’allergie, toux et

    bronchites, douleurs oculaires, symptômes grippaux, mal des transports, conjonctivites, maux de gorge, infections respiratoires supérieures, cystites et mycoses vaginales.

  • Les blessures bénignes : ampoules, brûlures légères, piqûres d’insectes et de tiques, entorses, pour enlever des points..
  • Examens cutanés : acné, pied d’athlète, verrues, poux, boutons de fièvres … rash …
  • Examens médicaux classiques pour monitorer les taux de cholestérol, diabètes, pression sanguine,
  • Examens en vue d’établir des certificats médicaux pour la pratiques de sports,
  • Vaccinations : toutes les vaccinations communes sont prises en charge.
  • Certains tests de laboratoires peuvent être pris en charge (test sanguins de glucose, cholestérol, test de grossesse, test urinaire…)
D’autres examens peuvent être prescrits en dehors des clinics pour compléter le diagnostique.
Qui 
Les services sont fournis par des nurses practitioners et des physician asssistants, qualifiés pour faire des prescriptions. De nombreuses cliniques collaborent avec des médecins locaux et les appellent en cas de doutes.
Les assurances
Toutes les assurances sont acceptées (au moins une grande majorité). Ils semblent que les assurances apprécient les minute clinics car les frais sont moindre. Les minute clinics acceptent aussi les patients non assurés, les patients sous le régime medicaid, medicare et obamacare.
Théoriquement
Les données sont envoyées au praticien qui suit le patient à condition que le patient ait par ailleurs un primary doctor et qu’il l’ait déclaré. Ce qui n’est peut-être pas toujours le cas.
Pourquoi les gens y viennent ?
Les études ont montré que les gens y viennent car c’est ouvert à tout moment de la journée (en tout cas sur une plus grande plage d’ouverture que les cabinets médicaux) et il est donc facile d’y aller après les heures de bureau.
Cela pourrait faciliter l’accès des soins aux gens qui n’avaient pas accès aux soins médicaux avant. Dans la pratique, non…
Inconvéniants 
Les critiques sont en fait que par ce système, les soins sont fragmentés et qu’il n’y a pas de véritable suivi patient. Il semble qu’il n’y ait pas vraiment de connexion avec les primary doctors.
Les médecins pédiatres ont émis des réserves et ne les recommandent pas pour le suivi des enfants. Ils insistent sur la relation privilégier entre médecin et patient.
Mon avis
Je pense que c’est une bonne alternative en cas d’urgence le week-end ou à des heures qui ne correspondent pas aux ouvertures normales d’un cabinet médical.
C’est aussi une bonne alternative en cas de petit soins ne nécessitant pas la présence d’un médecin mais au minimum, la présence d’un professionnel de la santé (brûlure, entorse, infection bénigne, piqûre d’insecte).  Il saura que faire et aura certainement des conseils judicieux.
Mais je pense qu’il ne faut pas négliger la nécessité de consulter dans des cas particuliers. Rien ne vaut l’oeil averti d’un médecin qui peut déceler un problème là, où ces minute clinics, habituées à soigner les petits maux de tous les jours, ne pourraient pas faire un diagnostique confirmé.
Ils sont aussi très utiles pour établir un certificat médical pour la pratique de sport lorsqu’il n’y a pas de problème particulier.
Je dirais que leur rôle se rapproche un peu de celui de notre pharmacien français (à la différence que celui-ci n’a pas le droit de prescription des médicaments sous ordonnance (antibiotiques, anti hypertenseurs .. )  et à la différence que là, le conseil est payant mais qu’il peut être suivi d’une prescription et d’un soin.
En conclusion, je dirais que c’est un bon service de proximité à prendre en cas de doute ou d’urgence : tout en gardant à l’esprit qu’ils doivent vous réorienter vers un service médical lorsque l’affection dépasse leurs compétences.
Avez vous eu l’expérience de ces Minute Clinics ? Qu’en avez vous pensé ?
Sources : cet article fait suite à une émission réalisée sur NPR : On Point. Ci-dessous, certains articles dont je tire mes sources. AInsi que le site de CVS dédié à cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.