Manger du poisson aux Etats-Unis

Le poisson est considéré comme un aliment sain à intégrer absolument dans son alimentation. En effet, le poisson est une bonne source de protéines, avec peu de gras, ou en tout cas avec de bons acides gras, style Omega-3. Et si il est possible d’en trouver partout maintenant, même à Kansas City, ville où j’habite loin de toutes mers et océan, malheureusement, il est impératif de connaitre certaines particularités de ce marché pour optimiser au maximum son alimentation et se détourner de ce qui peut compromettre notre santé.

manger du poisson aux Etats-Unis

Pourquoi faut il être vigilant quand on achète du poisson ?

Le poisson a toujours été considéré comme un met raffiné et il s’est démocratisé peu à peu à mesure que les conditions de transport et de conservation s’amélioraient. Il semble faire désormais partie de notre alimentation à part entière. Cependant, il ne doit pas venir occulter les autres sources de protéines et il est important de garder des sources diversifiées.

Les conditions de transport aidant, il est impératif de considérer le marché du poisson dans sa globalité. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir sur les étalages, des étalages venant du monde entier.

Pour rationaliser la pêche de nombreuses compagnies ont commencé des élevages de poissons, on parle alors de ferme. L’élevage de poisson pose de nombreux problèmes en terme de salubrité. La plupart des fermes de saumon par exemple, se concentrent en Norvège. La surpopulation de ces fermes marines entrainent la prolifération de parasites qui sont traités par des pesticides, la plupart du temps organo-phosphorés.

D’un autre côté, les poissons péchés librement (wild caught), sont confrontés à la pollution des mers et rivières. De nombreux contaminants se retrouvent ainsi directement dans la chair du poisson que nous mangeons.

Le mercure est un des polluants les plus préoccupants tant sa toxicité est intense. Il se retrouve sous forme de méthyl-mercure (sources) dans les poissons. Il est particulièrement dangereux pour le développement de l’enfant et du foetus. Pour cette raison, il faudra réduire la consommation des poissons lors de la grossesse, par exemple.

Mais les poissons sont aussi soumis à des contaminants plus insidieux, comme les PCB, (polychlorobiphényles, dont le plus connu était le pyralène). Ces produits étaient notamment utilisés dans les transformateurs mais face à leur danger pour la santé, leur production et leur utilisation ont été arrêtées il y a près de 30 ans. Malgré cela, ils sont venus polluer les rivières et ont tendance à stagner dans l’environnement. 30 après leur ban, on en retrouve encore des traces.

Devant ce tableau préoccupant, il est important de faire la part des choses pour pouvoir continuer à consommer du poisson, car tous les poissons ne sont pas égaux face à cela. Certains et notamment les plus gros et de ce fait en haut de la chaine alimentaire, seront à proscrire ou alors à réduire. Le thon et l’albacore sont ainsi les poissons les plus pollués.

Vers quoi se tourner ?

Ne cherchez pas de label Organic aux Etats-Unis, sur la Sea Food, vous n’en trouverez pas.

L’USDA n’a pas réussi à trouver de compromis ni de standards assez élevés pour pouvoir apposer ce label sur un quelconque produits de la mer. Malgré tout, il existe quelques règles à connaitre pour acheter son poissons et ses fruits de mer en toute sécurité. Certains pays ont de tels standards, mais vous ne trouverez pas ce label aux USA.

Ainsi, comment faire pour diminuer la part des polluants dans le poisson que nous consommons :

  1. en sélectionnant et en se tournant vers des produits qui naturellement seront moins pollués : comme les sardines par exemple, ou le saumon sauvage de l’Océan Pacifique.
  2. en diminuant sa consommation de gros poissons,
  3. en se dirigeant vers des appellations : wild caught,
  4. en enlevant la peau du poisson lors de la cuisson,
  5. en cuisant le poisson à la vapeur, en jetant l’eau de cuisson : les toxines tomberont dans l’eau plus facilement.
  6. vous pouvez vous aider du site de l’Aquarium de Monterey : Seafood Watch.
  7. Il existe quelques labels mais pas beaucoup qui vous permettront de faire les bons choix. Cependant, ils ne sont pas nombreux dans lesquels on peut avoir confiance : certains sont en effet apposés par les compagnies en charge de leur pèche, ce qui n’assure pas vraiment une indépendance dans ces labels. Whole Foods a un label de qualité. Un label à suivre : Marine Stewardship Council

Vous voulez en savoir plus et avoir des conseils pratiques sur l’alimentation aux Etats-Unis ?

Retrouvez une liste plus détaillée sur mon livre à découvrir ci-dessous, avec de nombreux autres conseils, mais aussi des listes détaillées de poissons (avec leur traduction).


Découvrez mon livre

Bien manger aux Etats-Unis

Ce livre est un guide pratique qui pourra aider ceux qui arrivent comme ceux qui habitent depuis longtemps aux Etats-Unis. Le livre revient sur les béabas de l’alimentation aux Etats-Unis (avec de nombreuses traductions).

Mais surtout

il part à la découverte et aux décodages des labels, des mentions sur l’emballage et des ingrédients présents sur les produits.

De nombreuses informations qui permettent de se détourner des pièges de l’industrie alimentaire !

Plus de 170 pages de conseils et d’informations utiles en français, sur l’alimentation aux Etats-Unis !

Le livre est disponible sur les plateformes Amazon

sur Amazon France

à partir de l'Europe
au prix de 18,25 €


sur Amazon.com

à partir des USA au prix de 18,50 $

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.