Quand on a juste besoin d’une pause

Quand les choses ne se passent pas exactement comme l’on veut. Quand on a juste besoin d’une pause après un événement qui vous touche : un choc physique ou émotionnel, il faut savoir prendre soin de soi, sur le moment mais aussi après.

fatigue

Quand quelque chose au fond de toi te dit STOP! Peut-être l’avez vous vu au passage d’un post sur un réseau ou sur mon article de blog sur mon site FromSide2Side, mais j’ai eu deux événements à la fin et au début de l’année qui m’ont touchée particulièrement. Je me suis relevée et j’ai continué mais au fond de moi, quelque chose s’est passé. Désolée si pour une fois je fais un article plus personnel. J’ai l’habitude de les écrire sur mon blog FromSide2Side mais peut être que cette fois-ci je pourrais l’écrire ici.

Le 27 décembre, je suis tombée en me promenant sur un sentier du parc national de Canyonlands. Une endroit magnifique et ce jour-là, la balade avait été plus que gratifiante : les paysages étaient splendides mais le chemin était escarpé et encore gelé par endroit. C’est au retour à une centaine de mètres de la voiture, que j’ai glissé et que ma chute s’est terminée presque 2 m plus bas. Ma jambe a heurté le sol en premier sur un rocher et ma tête s’est abattue sur une pierre : deux gros hématomes. La journée s’est terminée à l’hôpital car on craignait une commotion cérébrale. Je ne cesse de revivre au ralenti ce moment où je n’ai plus eu aucune prise sur ce qui m’arrivait : en apesanteur dans l’attente de la catastrophe finale qui heureusement a été mineure. Bon je m’en tire bien puisque le visage a récupéré très vite (en 6 jours il n’y avait plus de traces et cela je le dois à différents facteurs : la neige mise très rapidement sur le front, la crème Arnica mise aussi le soir même et les granules homéopathiques prises les jours suivants).

USA Arches

Le 15 janvier, ma fille reprenait la route en compagnie de son boy friend et de leur chien, pour rentrer à son université qui est au Colorado, au nord de Denver. Le chemin est long en voiture mais pas infaisable. Ce jour-là, il faisait très froid dans le Midwest : la nuit, la température était descendue à -22°C. Après 7h30 de route et alors qu’ils n’avaient plus que 2h30 à faire, leur voiture a dérapé et a fait 2 tonneaux sur le bas côté. Pour vous expliquer la violence du choc : leur petit chien a été expulsé de la voiture et n’a pas survécu. Ils s’en sortent indemnes ou presque car on en se sort jamais indemne d’un tel choc, mais leurs blessures sont miraculeusement bénignes. Quand j’ai appris ce qu’il leur arrivait, j’ai tout laissé tomber et je me suis rendue au Colorado, à leur chevet en compagnie des parents de son boy friend.

Voilà pour moi, deux énormes chocs :

  • l’un physique : j’ai passé les deux jours qui restaient de nos vacances, allongée et épuisée. Je devais récupérer. Je me sentais endolorie partout dans mon corps.
  • l’un moral : apprendre que votre propre enfant avait frôlé la mort est insupportable. Etre là pour son enfant passé sa propre peur, m’a demandé un énorme effort sur moi-même : l’accident s’était passé à quelques 7h30 de route de chez nous et il était impossible d’être présente rapidement sur les lieux pour les soutenir : nous avons du attendre la nuit pour prendre un avion au petit matin. Elle avait besoin de moi à ce moment-là. J’ai passé 5 jours hors du temps, à réparer ce que l’on pouvait. L’aspect émotionnel et les capacités que l’on mobilise dans ces moments-là, sont énormes aussi.

Pourquoi je vous raconte toute cela ? parce-que au retour de ces 5 jours, je savais qu’il faudrait du temps pour s’en remettre : surtout pour elle, bien évidement. Emotionnellement, c’était très dur pour elle puisque c’est elle qui conduisait. Physiquement aussi bien sûr car elle a vu apparaitre dans les jours qui ont suivi l’accident, des tas de bleus sur sa peau. Heureusement, elle a été prise en charge par un chiropracteur qui lui fait un bien fou et lui permet de récupérer de ce choc. Je l’ai aidé aussi en lui envoyant des préparations et en lui donnant quelques conseils.

Pour moi aussi, il m’a fallu du temps pour récupérer et ce n’est pas fini. J’ai accusé le coup en ressentant une énorme fatigue tant physique que morale. Vous connaissez l’expression : vidé : c’était exactement cela. Je n’avais plus d’énergie pour continuer et surtout, je ressentais des douleurs diffuses dans mon dos.

Concrètement, qu’est ce que j’ai fait pour me sortir de cette fatigue psychique et physique ? 

Les actions simples

Je me suis reposée. J’ai dormi. Trop fatiguée pour refaire du sport tous les jours, j’ai « slow down » comme on dit aux US. Le temps s’y prêtait : il faisait encore extrêmement froid chez nous. J’ai évité les stress et refusé certaines propositions de sorties. J’avais juste besoin de me retrouver.

Pour les blessures dues au choc

Sur les bleus, j’ai appliqué différentes choses :

  • en premier, sous la main, je n’avais que de l’Arnica, le gel Boiron que l’on trouve un peu partout. Je l’ai même trouvé dans les rayons du supermarché de Moab, où nous séjournions.
  • j’ai également pris très rapidement des tablettes d’Arnica. J’en avais en réserve et à vrai dire j’en ai toujours avec moi. Je trouve cela très pratique et cela change des granules. En plus, les tablettes sont en 9C, ce qui correspond mieux à un choc local que la dilution en 30C des granules. (A noter, elles existent aussi en 6C).

Plus tard, de retour chez moi, j’ai réalisé plusieurs préparations :

  • j’ai aussi réalisé des sels de bains à base de sel d’Epson (idéal en cas de bleus) et d’huiles essentielles. Le sel d’Epson est connu pour ses propriétés décongestionnantes.

récupérer après un choc

  • et un mélange avec des huiles essentielles en application locale. J’ai utilisé comme huile végétale, un mélange d’huiles à base d’arnica, de calendula et de millepertuis (bien connu pour ses propriétés anti-inflammatoires : St John Worth en anglais) : ce mélange se retrouve sous forme préparé et s’appelle Trauma oil, disponible sur Amazon en suivant le lien. J’ai utilisé les huiles essentielles d’hélichryse, bien connue pour ses propriétés anti-hématomes (elle est cependant assez chère), de laurier noble (décongestionnant lymphatique et anti-inflammatoire) et du cyprès qui relance la circulation locale.

guérir un hématome

Pour le choc émotionnel 

A l’annonce de l’accident de ma fille, j’ai pris du Rescue : c’est un médicament à base de fleur de Bach. Cela aide à gérer les chocs émotionnels. (il existe en différentes présentations : tablettes à sucer ou spray). J’ai souvent remarqué à quel point cela aidait en cas de stress intense.

Plus tard, j’ai aussi pris de l’arnica en plus haute dilution, car un choc émotionnel se traite aussi avec, mais à des dilutions plus élevées (15-30 CH : ça tombe bien puisque ici, vous trouverez facilement du 30C.

J’ai fait aussi des diffusions d’huiles essentielles ciblées pour retrouver calme et concentration.

 Pour le long terme

Pour le long terme, j’ai privilégié l’aromathérapie. L’aromathérapie apaise aussi bien les chocs physiques que émotionnels. La voie olfactive est formidable pour la gestion des émotions puisque les huiles essentielles respirées vont directement au niveau du lobe olfactif, au niveau du siège des émotions. J’ai souvent remarqué à quel point cela apaisait et apportait en même temps un soulagement très profond.

Physiquement aussi, les huiles essentielles apportent calme mais peuvent aussi agir au long terme sur la fatigue morale et physique. J’aime particulièrement les huiles essentielles de sapin qui sont stimulantes ou de pamplemousse qui est tonifiante. En anglais, on dit qu’elle est « up lifting » que l’on peut traduire par apporte la bonne humeur.

Pourquoi, je ne l’ai pas utilisé dans l’instant ? Parce-que étant en vacances lors de ma chute, je n’avais pas les huiles essentielles dont j’avais besoin à proximité et ce n’était pas à Moab que je pouvais les trouver. Et puis, j’ai préféré m’attaquer en profondeur à mon problème de fatigue. J’ai réalisé à quel point cela m’avait affectée en fait, quand au détour d’une visite chez le dentiste, celle-ci s’est étonnée des chiffres de ma tension qui était un peu trop élevée. Cela ne m’était jamais arrivé !

J’ai réalisé des recettes simples, concrètes et pratiques pour se sortir de la fatigue, qu’elle soit physique ou moral, en luttant spécifiquement sur le stress et le tonus, mais aussi en stimulant l’immunité pour éviter de tomber malade. Je privilégie cette approche et je les ai intégrées dans un atelier Aroma Anti-fatigue que je vous propose aussi.


PS : les liens que vous voyez vers Amazon ne sont pas des publicités : ils vous permettent de visualiser le produit et de le trouver rapidement aux Etats-Unis, si vous en avez besoin et si vous ne le trouvez pas chez vous. Je ne touche aucune royalties de labo, ni de marques en particulier : je garde mon indépendance là dessus. Par contre, oui, ce sont des liens affiliés à Amazon qui font que je touche une petite commission quand l’achat est finalisé et cela permet de financer l’hérbergement du site ou l’achat de livres médicaux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.