5 Stratégies pour bien manger aux Etats-Unis

En ce moment, je suis en France, et bien évidemment, je suis allée plus d’une fois dans un supermarché. Les réflexes reviennent vite, mais comme aux Etats-Unis, je fais particulièrement attention, cela fait que ces habitudes me permettent faire attention aussi en France. Cela m’a cependant permis de comprendre ce qui m’avait tant déroutée quand j’étais arrivée aux Etats-Unis, il y a 10 ans. Outre les différences de prix, il existe de nombreuses différences entre les deux systèmes et il faut alors pouvoir balancer son budget, en s’alimentant de façon saine. En effet, on apprend rapidement que l’on doit aborder avec précaution la nourriture aux Etats-Unis, si l’on ne veut pas prendre rapidement des kilos. Voici quelques stratégies à adopter, pour bien manger aux Etats-Unis, pour s’y retrouver en terme de budget et surtout pour ne pas y perdre sa santé.

 

1-Privilégier la simplicité

Pour s’y retrouver au départ tout en préservant son budget, il est impératif de se diriger vers les aliments les plus simples : fruits et légumes. Mais aussi pour les aliments plus élaborés, il faudra tout de suite prendre l’habitude d’aller aussi vers le plus simple : prendre les yaourts nature (Plain Yogurt), faire soi-même sa sauce de salade, sa mayonnaise et sa sauce de spaghetti.

Pourquoi ?

Parce-que vous allez vous en rendre compte rapidement, mais les aliments transformés aux Etats-Unis, n’ont pas le même goût car ils ont souvent des sucres ajoutés en forte proportion. Et oui, même la sauce tomate contient du sucre, même le pain et encore plus la sauce de salade.

La solution ?

Retourner vers ses livres de recettes et faire soi même sa cuisine pour maitriser les ingrédients que l’on consomme.

Mais parfois, on peut être dérouté par les noms et les traductions des aliments de base. Dans mon dernier livre, je reviens pas à pas, sur les termes employés et vous trouverez de nombreuses traductions de tous les aliments de base. Vous pouvez alors vous constituer, une liste d’aliments de base et trouver les équivalences plus facilement.

2-Se fixer des règles simples au départ

Il est une règle simple au départ : c’est de bannir systématiquement tout ce qui contient du corn syrup : aux Etats-Unis, tous les aliments contiennent des étiquettes codifiés donnant la composition des aliments. On peut alors repérer les principaux composants des aliments.

En bannissant le Corn Syrup, ou le High Fructose Corn Syrup, vous bannissez déjà la moitié des aliments nocifs : vous commencez par faire une sélection naturel des mauvais aliments. Le Corn Syrup est un sucre issu du maïs, le plus souvent issu de culture transgéniques, il a un pouvoir sucrant important, ne coûte pas cher, mais est surtout nocif pour la santé, dans la mesure, où il stimule la sécrétion d’insuline.

A noter : dans les supermarchés, Whole Foods ou Trader Joe’s, ce composé a été banni avec d’autres additifs dangereux pour la santé.

La solution

Dans mon livre, vous trouverez la liste de nombreux additifs dangereux à éviter dans l’alimentation américaine. Pour certains, ils ont été interdits en France et en Union Européenne, mais sont encore utilisés aux Etats-Unis. Vous trouvez aussi des listes d’ingrédients qui sont en, fait des sucres. Les industriels pour masquer l’ajout de sucre ont tendance à multiplier les sources des sucres. Ainsi, cela n’apparait pas en première ligne dans la composition des aliments (cf plus loin).

3-Sélectionner les incontournables à consommer BIO (organic)

C’est un réflexe, que l’on n’a peut être pas encore en France. Mais aux Etats-Unis, il devient nécessaire de privilégier l’organic (le BIO) pour certains produits. Il existe deux listes édités par l’EWG (Environnemental Working Group) :

  • les dirty dozen : liste de produits les plus contaminés et donc à consommer le plus possible organic comme les pommes, les fraises, etc..
  • la clean fifteen, une liste qui regroupe au contraire les fruits et légumes qui ont moins de résidus de pesticides.

Cette liste est revue chaque année. Je m’en sers beaucoup pour faire mes courses et donc ajuster mon budget. Vous pouvez donc vous fixer une liste de produits à consommer préférentiellement non-organic, tout en vous dirigeant vers l’organic pour les produits faisant parti de la liste des dirty dozen et ce afin d’ajuster votre budget.

Aux Etats-Unis, certains pesticides dangereux, déjà bannis en Europe, sont encore utilisés et cela à grande échelle sur les cultures. L’atrazine, banni en Europe est le pesticide le plus utilisé aux Etats-Unis.

Mais l’interet de l’organic, ne s’arrête pas à une simple réduction des pesticides : pour le lait par exemple : c’est la seule assurance d’avoir du lait sans hormone.

4-Apprendre à lire les étiquettes et les labels

Cela peut venir dans un second temps, une fois que l’on s’est approprié son nouvel environnement et que l’on y voit un peu plus clair, il est impératif de lire les étiquettes des aliments. Celles-ci sont assez détaillées sur chaque aliments et permettent de faire le tri :

  • éliminer les produits avec des additifs douteux (en gros, dès que vous ne comprenez pas le nom d’un aliment),
  • vérifier la quantité de sucre pour chaque portion, (bientôt, il sera possible de vérifier la part des sucres ajoutés dans la composition des aliments).

A côté de cela, il faut savoir vérifier les labels des viandes, des poissons etc, (détaillé dans mon dernier livre) et apprendre à démasquer les fausses mentions présentes sur les emballages.

5-Introduire de nouveaux aliments dans son alimentation

Changer d’environnement, permet aussi en repensant son alimentation, d’adopter de nouvelles habitudes. Dans les étalages de fruits et légumes, il est peut-être difficile de trouver tout ce que l’on veut, mais certains légumes ou herbes sont là à profusion :

  • Les américains adorent les brocolis et même les brocolinis : ce sont des aliments bons pour la santé : les adopter et les incorporer dans son alimentation, permet de découvrir de nouvelles saveurs.
  • On retrouve aussi facilement de la coriandre, une herbe qui accompagne vraiment bien les poissons mais aussi qui se marie à merveille avec l’avocat pour fabriquer soi-même son guacamole dont voici la recette : vous verrez, il sera bien meilleur que celui acheté dans le commerce.

  • On retrouve dans de nombreux supermarchés des produits en vrac comme les noix, les lentilles, mais aussi de nombreuses sortes d’haricots inconnus chez nous. C’est une bonne manière de diversifier son alimentation et d’introduire de nouvelles notes.
  • A l’automne, les supermarchés présentent aussi de nombreuses variétés de courges : elles sont délicieuses à cuisiner et apportent des vitamines et minéraux qui aideront à passer l’hiver.
Extrait du livre : Bien manger aux Etats-Unis

Et si vous voulez en savoir plus, découvrez mon dernier livre

Bien manger aux Etats-Unis

Ce livre est un guide pratique qui pourra aider ceux qui arrivent comme ceux qui habitent depuis longtemps aux Etats-Unis. Le livre revient sur les béabas de l’alimentation aux Etats-Unis (avec de nombreuses traductions).

Mais surtout

il part à la découverte et aux décodages des labels, des mentions sur l’emballage et des ingrédients présents sur les produits.

De nombreuses informations qui permettent de se détourner des pièges de l’industrie alimentaire !

Plus de 170 pages de conseils et d’informations utiles en français, sur l’alimentation aux Etats-Unis !

Le livre est disponible sur les plateformes Amazon

sur Amazon France

à partir de l'Europe
au prix de 18,25 €


sur Amazon.com

à partir des USA au prix de 18,50 $

2 réflexions sur “5 Stratégies pour bien manger aux Etats-Unis”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.